Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/02/2008

Qui note qui ?

La première chose à dire sur les propositions du rapport Attali notamment, mais plus généralement sur la question de l'évaluation des enseignants, est qu'elle ne constitue un problème ni urgent ni important. Les difficultés de l'école n'ont rien à voir avec une évaluation plus ou moins performante des professeurs. C'est quand-même un comble qu'à chaque fois que l'on fait le constat d'une école défaillante, on envisage toutes les hypothèses, sauf celle de ses instances dirigeantes peuplées de fous ou d'irresponsables. Et puisque l'on aime tout comparer avec l'entreprise, que ferait l'une d'entre elles, immense et en charge d'une grande responsabilité pour le pays, si l'on s'apercevait soudain qu'elle ne remplit aucun de ses objectifs et qu'elle se classe lamentablement dans les comparaisons internationales tout en développant des budgets pharaoniques ? Qui accepterait le discours faisant porter la responsabilité de l'échec à son "personnel de base", le jugeant mal formé ou mal évalué ? Qui accepterait de voir ses patrons immobiles et satisfaits depuis trente ans, nommés et renommés sans cesse sans que ne soit jamais pointées leurs fautes graves dans un profond désastre ? Qui accepterait une telle irresponsabilité de la part de dirigeants économiques ?